Éditeur de logiciels libres au service de votre dématérialisation
Télécharger
Maarch Courrier
Télécharger
Maarch RM
1500557Lundi 21 janvier 2013, se sont tenus au Ministère de l’économie et des finances les premiers États Généraux de l’Open Source en France.Cette conférence arrive peu après la circulaire du Premier Ministre sur l’usage des logiciels libres dans l’Administration. Jean-Marc Ayrault a en effet recommandé aux administrations de privilégier l’utilisation de logiciels libres, soulignant ses avantages : « moindre coût, souplesse d’utilisation, levier de discussion avec les éditeurs ».Tous les acteurs de l’écosystème français du logiciel libre se sont réunis autour de cet évènement, organisé par le comité Open Source du Syntec Numérique et Maarch y a bien sûr participé.

La conférence visait à créer un environnement propice au développement de l’Open Source en France, et était axée sur les questions suivantes :

  • Retour d’expériences étrangères (Grande Bretagne, Italie, Asie)
  • Quel modèle de valeur pour l’Open Source ?
  • L’Open Source et le secteur publique : comment établir une relation gagnant-gagnant ?
  • Comment renforcer la filière Open Source en France ?
En ouverture, la ministre de l’Economie Numérique, Fleur Pellerin a donné un discours en faveur de l’Open Source, selon elle celui-ci représente un vecteur de compétitivité pour la France :« Le logiciel Open Source constitue un vecteur important d’innovation. Mais pour que la France continue à jouer un rôle moteur dans ce domaine, la filière doit se restructurer ».Mme Pellerin pousse clairement pour l’Open Source, elle voit notre écosystème comme un vecteur de compétitivité pour la France.
Restructuration de la filièreNous avons retenu de son discours que la filière doit se restructurer, que l’Open Source Français a besoin de « supers champions » pour passer un cap. En effet la volonté de l’Etat est plutôt d’avoir moins d’interlocuteurs pour simplifier ses actions. Par contre nous y voyons un risque pour la grande majorité des acteurs de l’Open Source, constituée de PME de 10 salariés en moyenne : que l’Etat fasse passer tous les financements par de grosses entités. Ce scénario s’est déjà produit avec l’accord cadre interministériel de support des logiciels libres. Donnons-nous rendez-vous dans le futur pour vérifier que des accords de réassurance entre les SSII et les core teams soient bien souscrits et respectés, sans quoi ce genre d’accord peut déboucher sur des dérives mortelles pour la créativité : patchs isolés, forks inconsidérés, mécontentement des utilisateurs…
Labellisation des logiciels libresUn système de labellisation des logiciels libres par une institution nationale telle que propose M. Alexandre Zapolsky de Linagora (@alex_zapolsky, source : http://www.silicon.fr/alexandre-zapolsky-entretien-etats-generaux-open-source-82954.html) nous parait juste. Nous y ajouterions d’autres critères non économiques qui sont l’essence même de tous projets Open Source : ouverture, partage, respect des standards, normalisation, communauté.
Le secteur privéUne des réflexions de cette journée a concerné l’occupation des logiciels Open Source dans le privé. Cette dernière n’est pas encore très marquée. Une présence plus forte dans l’enseignement supérieur est certainement nécessaire. Si on pouvait « éduquer » nos ingénieurs et futurs DSI sur les bienfaits de l’Open Source on partirait de moins loin…
FinancementsNous avons également retenu la réflexion de M. Laurent Séguin de L’AFUL (@lcseguin) sur comment obtenir des financements en France : pourquoi ne pas passer par les utilisateurs/clients pour obtenir des capitaux, cela leur permettrait de pérenniser et d’investir dans le produit qu’ils utilisent.Il y a peut-être là un nouveau levier de croissance pour l’Open Source…
Cette journée a ouvert des axes de développement, des sujets de réflexions, mais aussi des problèmes de fond.Le prochain rendez-vous est prévu pour octobre-novembre, d’ici là quelques idées auront certainement mûri.

Laurent Giovannoni @ctoMaarch

Pour en savoir plus :

La circulaire du Premier ministre sur l’usage des logiciels libres

Fleur Pellerin demande à la filière Open Source de se restructurer

Alexandre Zapolsky (Linagora) fait le bilan et trace les perspectives des États Généraux de l’Open Source

Le rapport Terra Nova

Capgemini, Alter Way et Zenika, retenus pour le marché interministériel de support des logiciels libres